Non classé

Ceci n’est pas une fable !

La joyeuse troupe

Les cieux étaient avec nous en ce vendredi 9 septembre : les averses avaient fait place à un beau soleil et le vent s’était calmé, permettant aux fabuleux fabulistes de se faire entendre de la soixantaine de personnes qui s’étaient déplacées, curieuses de découvrir ce spectacle qu’on leur promettait depuis l’automne dernier.

Si l’on en juge par les rires et les applaudissements nourris tout au long de la représentation, on peut dire que le pari a été gagné. Il faut dire que les huit inconscients qui s’étaient lancés dans l’aventure sous la houlette de leur metteur en scène préféré n’ont pas ménagé leurs efforts : répétitions hebdomadaires en salle pendant tout l’hiver en partant des fondamentaux du théâtre (exercices de diction, de concentration, déplacements, transcription des émotions, recherche de son personnage, …), puis apprentissage des textes par cœur et répétitions au jardin partagé pendant tout le printemps et l’été, dans ce décor naturel qui allait leur servir de scène.

Le making of
On a eu chaud, on a eu froid, on a pris des averses sur la tête, on a été ridicules, on a fait le cercle, on a bien rigolé, on a bien mangé et bu… mais très modérément !

« Notre metteur en scène, fort de son expérience, nous a embarqué dans cette aventure et nous a fait voir toutes les étapes nécessaires à la réalisation d’un spectacle. Tous les égos sont restés à la porte, ce qui nous a permis de travailler sérieusement, sans se prendre au sérieux, sans avoir peur du ridicule, le tout dans la bonne humeur et la bienveillance. Nous avons appris à mieux nous connaître et gagné en assurance au fur et à mesure des séances, jusqu’à la représentation finale où nous avons pris un vrai plaisir à jouer et à partager avec le public. Nous sommes ravis de cette première expérience ».

Nos remerciements tout particuliers à Eric Pivert pour ses magnifiques photos du spectacle

Pendant ce temps là les costumières/accessoiristes travaillaient dans l’ombre et faisaient des merveilles, entre autres pour que les grenouilles soient bien vertes, le cerf doté de bois à six cors, le bœuf de cornes imposantes, le coq et le cochon d’appendices incontestables et l’agneau correctement permanenté. Le petit poisson a quant à lui hérité d’un magnifique T-shirt brodé qui a fait bien des envieux. Le lion était un peu miteux et sa couronne un peu toc, mais sa prestance compensait largement son allure. Quant au chien, il a fait un tabac avec son manteau de fourrure et sa chapka.

Le choix des musiques qui servaient d’intermède entre les Fables a été une vraie partie de plaisir : il faut dire que le répertoire français nous offre quelques pépites, chansons décalées, humoristiques ou anachroniques qui illustraient parfaitement le propos des fables.

Toute la troupe s’est réjouie que ces textes, partiellement connus de tous, quelle que soit leur génération, ait trouvé l’enthousiasme du public, qui s’est attardé lors du pot qui a suivi la représentation.
Merci Monsieur de la Fontaine pour cette soirée de partages et d’échanges.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s